Editions Sois, Aura-Sois-Formation : Le site de Anne Givaudan et du Dr Antoine Achram

Le site de Anne Givaudan et le Dr Antoine Achram

 

• Salvia Burkina Faso janvier 2017

Le fonds Salvia International a aidé le village de Mhé au Burkina Faso. Ce village de thérapeutes (tradipraticiens) reste un village autonome. En plus d’être thérapeutes, nos amis du village cultivent eux-mêmes leurs terres pour nourrir les villageois, mais aussi les patients qu’ils reçoivent.
Le besoin de fumiers biologiques était indispensable pour une meilleure récolte et redonner du tonus à la terre appauvrie. Le fonds a soutenu le village dans ce besoin.
Les résultats sont bons et la récolte fructueuse ! Le village peut continuer ses soins et être à l’abri pour cette période hivernale.
 

• Salvia Burkina Faso février 2015

Des nouvelles du village de Mé où le fonds de dotation continue son aide.
Les habitantes du village, et autour du village, sont à plus de 6 km de la maternité. Lorsque les contractions débutaient, il fallait se déplacer à pieds ou à moto. Une seule moto était disponible et parfois indisponible... Le fonds a financé l’achat d’une deuxième moto pour que deux des fils du chef du village puissent transporter les femmes prêtes à accoucher, ou les villageois qui ont besoin des services du centre de soins. La mobilité, c’est aussi la liberté.
Lire l'article complet


 

• Salvia Burkina Faso 2014

Du 28 février au 9 mars 2014.
"Les villageois remercient tous ceux et celles qui ont participé à cette croissance et aux échanges soit financièrement soit en allant sur place. Nous vous donnerons un compte rendu des besoins à venir dans une deuxième partie." — Anne G.
L’aventure débute avec l’avion qui, sur le point d’atterrir à Ouagadougou, retourne à Niamey car une tempête de sable ne permet plus d’atterrir ! Confiner dans l’avion au Niger, nous fêterons l’anniversaire de Nadine autour d’une bonne bouteille ! Quelques personnes s’invitent et nous partageons sur les soins et faisons même un soin à une hôtesse. Au bout de quelques temps, la tempête se dissipe et nous voilà arrivés à Ouagadougou…
Lire le document complet
 

• Salvia Sénégal octobre 2013

Du 26 Octobre au 1er novembre 2013, 11 personnes, 4 pour les dentistes (2 dentistes et 2 aides), 5 pour les thérapeutes esséniens, 1 conseiller pour les problèmes articulaires et une accompagnatrice pour la logistique se sont rendu au Sénégal dans le dispensaire d’Mbour.
Ce voyage avait plusieurs objectifs :
• Offrir aux participants une expérience humaine
• Continuer les pratiques de soins dentaires et esséniens
• Participer à l’ouverture de la maternité
• Apporter des fournitures de matériels
Lire le compte-rendu complet

 

• Salvia Sénégal 2013

Bonjour à tous et à toutes,
Nous revenons d’Afrique où nous étions 6 à assister à une rencontre avec 15 tradipraticiens du Sénégal.
Ce fut comme au Mexique et comme au Burkina un échange très important où nous avons pu nous rendre compte que nous avions beaucoup en commun et beaucoup à partager entre nos soins esséniens et les médecines traditionnelles.
Voici quelques photos qui vous donneront un aperçu de la rencontre et vous retrouverez dans les semaines qui viennent sur TV-SOIS deux reportages sur l’hôpital de Keur Massar dédié aux médecines africaines (où vous pourrez trouver et vous faire envoyer des plantes thérapeutiques) et un autre avec la biologiste qui a organisé la rencontre avec les tradi- praticiens.
Pour ceux et celles qui peuvent aller sur notre forum des thérapeutes, vous pourrez voir d’autres photos et d’autres nouvelles plus spécifiques pour les thérapeutes.
Chaleureusement,
Anne Givaudan et Antoine Achram.

 

• Salvia Sénégal 2012

En ce début 2012, Salvia continue ses actions et ses rencontres avec les tradi-praticiens dans une autre partie de l'Afrique...
Jean-Michel Madignier et Anne Mathieu sont partis au Sénégal, entre Noël et le Jour de l’An, suite à une proposition de rencontrer un médecin d’un dispensaire près de Saly à environ 1h30 de Dakar.
En pensant passer quelques jours de vacances, rencontrer le médecin, visiter le dispensaire et découvrir les besoins en soins dentaires et pourquoi pas les soins esséniens, quelle ne fut pas leur surprise de constater, à la fin de leur voyage, avoir soigné et accompagné 150 personnes pendant 3 jours.
Outre les soins dentaires sur chaque personne, les rééquilibrages ont été les principaux soins esséniens réalisés sur la plupart. Certaines ont reçu des soins plus spécifiques comme celui des émotions exacerbées et d’autres plus personnels. Le bouche à oreille s’est fait jusqu’à 50 kilomètres aux alentours. Les files d’attente ne désemplissaient pas.
Jean-Michel et Anne ont eu des propositions de rencontre avec des tradi-praticiens de Casamance. Il a été convenu que tout ceci se ferait en présence d’Anne et Antoine pour le Fonds SALVIA en collaboration avec les associations IDEHA (soins dentaires) et INFINICI (accompagnement).
Ainsi, de nouvelles actions de SALVIA  se mettent en place dans cette partie d’Afrique avec l’union de deux autres associations… Le prochain voyage est prévu vers la mi-avril.
Continuons…

 

• Salvia Burkina Faso 2011

Nous nous sommes envolés avec une petite équipe le mercredi 12 janvier 2011 pour le Burkina Faso et les villages des falaises. Ce film retrace la vie quotidienne au Burkina mais met également l'accent sur nos rencontres avec les tradipraticiens et sur l'avancée de la construction de l'hôpital pour lequel nous nous sommes investis.
David et Nathalie (2 de nos stagiaires-thérapeutes) qui ont décidé de nous rejoindre par la route avec des panneaux solaires pour l'hôpital ont un site depuis lequel vous pourrez retrouver leur périple très édifiant et parfois désopilant. N'hésitez à y aller.
Voici le lien : www.latortue.eu/L_association_Salvia.php
Anne Givaudan et Antoine Achram.

 

• Salvia Burkina-Faso 2010

Bonjour tous et toutes,
Nous sommes de retour d'Afrique avec cette fois la forte sensation d'avoir fait un bond en avant. Depuis trois ans, nous allons dans le petit village de Meh, dans les falaises de Banfora pour échanger notre savoir essénien avec celui des non moins réputés tradi-praticiens. Pour pouvoir échanger davantage, nous avons demandé qu'il y ait moins de malades, cette demande a été entendue.
Dans ce pays (l'un des plus pauvre au monde) il y a peu de richesses à exploiter mais la richesse est à l'intérieur. Notre périple fut fabuleux et nous sommes allés rendre visite à d'autres tradi-praticiens qui n'avaient encore eu que peu de contact avec le Blanc. Là encore, l'accueil fut magique dans tous les sens du terme. Et les chasseurs d'Ozo (les magiciens) nous ont réservé bien des surprises.
Quant à l'hôpital des tradi-praticiens, là aussi tout avance à tel point que les tradi-praticiens sont débordés.
Voici quelques problèmes posés par ces villages sans eau, sans électricité et difficiles à joindre autrement qu'à pied ou en 4/4 :
À Meh il y a maintenant 2 cases : une pour les malades, une pour les tradi-praticiens. Mais il vient trop de malades et leurs accompagnants. N'oublions pas que les tradi-praticiens soignent gratuitement et, comme les malades sont plus pauvres qu'eux, ils doivent en plus les nourrir.


Nous sommes 11 à voyager et nous avons plein d'idées : 4 Italiennes (Francesca, Paola, Adriana, Lelia), 1 Suisse (Sandrine) et 6 Français (Didier, Francine, Antoine, Anne, Patrice et Nadine).

• Quelques questionnements :
Où mettre les accompagnants ? et la nuit pas de lumière ? Les besoins d'eau se font sentir et les femmes doivent aller encore plus souvent chercher de l'eau à des km et bassines sur la tête.
Il faut des toilettes et une douche (2 trous séparés) pour les malades.
Comment apprendre les lemniscates à des illettrés qui ne savent pas dessiner un 8 ?

• Les nouvelles positives :
il y a de plus en plus de malades qui viennent au village - Les femmes tradi-praticiennes sont venues pour la première fois au cours (aussi dissipées et bavardes que dans tous les pays du monde) - Les tradi-praticiens lettrés ont décidé de s'exercer avec un livre Lase et d'apprendre aux autres tradi-praticiens - Nous avons vu le maçon et discuté sur les futurs travaux. Sont prévus : un hôpital de dix lits avec allée centrale - une case ronde pour préparer les remèdes - une case carrée pour stoker les plantes = pharmacie - une toilette douche pour les malades.
Avec la vente des livres sois soldés, les dons de the school of international training avec Earl et les dons d'autres personnes, nous allons pouvoir commencer une grande partie des travaux.
+ 1 an pour qu'un charretier amène 800 litres d'eau par semaine
+ l'inscription officielle des tradipraticiens
+ 1 pépinière pour planter des arbres médicinaux en voie de disparition.

• À prévoir :
Des panneaux solaires pour l'hôpital et la pharmacie (voir Patrice).
Une moto de cross pour le village afin de transporter certains malades qui ne marchent pas.
Une tente de la croix rouge ou de l'armée pour les accompagnants des malades (voir Adriana et Paola).
Faire une paillote pour les repas (il fait 40 à l'ombre).
Et le plus cher reste le forage à 10 000 euros.

Nous avons ramené un CD de musique traditionnelle jouée par les musiciens du village. Elle est très ethnique, envoûtante. Elle a été enregistrée par une bénévole. Nous vendons ce CD 10 euros au profit des différents projets pour le village de Meh (Didier à la duplication).

• Autres actions
- Une école s'est constituée avec 86 enfants et deux instituteurs bénévoles du village. Nadine et patrice ont déjà fait un partenariat avec l'école de Fontenay-le-Comte et ont apporté des ardoises-cahier.
- Il y a deux livres de lecture pour tous les enfants. Il faut 300 euros pour que chacun ait son livre.
- Un tableau noir a été offert par les Italiennes (le vieux était cassé).
- Didier a financé une case pour les femmes à quelques km de là (la case est en banko comme notre case ronde).

Voilà et avec quelques photos, çà vous semblera plus clair.
On parlera de tout çà plus en détail lors de notre rencontre essénienne pour ceux que ça intéresse.
Belle journée et plein d'amour dans les cœurs.

Le petit film de 5 minutes "les femmes des falaises" illustre bien les difficultés quotidiennes vécues par les populations du Bas-Falaises de Banfora.
www.dailymotion.com/video/x33sd5_lesfemmesdesfalaises_politics

 

• Salvia Burkina Faso 2009

Voici quelques photos de ce début 2009 au Burkina Faso. Les travaux ont bien avancé et une grande case est terminée. Ci dessous quelques commentaires des thérapeutes Esséniens qui se sont rendus là bas pour continuer l'échange commencé.
"Le site est particulièrement bien choisi... nous sommes admiratifs du travail réalisé... c'est un chantier collectif organisé par les tradipraticiens eux-mêmes... cette relation de confiance qui s'établit depuis l'année 2008 n'en finit pas de grandir. Nous tissons un lien fort avec les tradi-praticiens..." — Francine.
"Les échanges sont beaux et intenses... merci au pays des hommes intègres... qui m'a permis de rêver et de soigner" — Adriana.
"Le mot efficacité résume assez bien le travail qui a été fait... La découverte, c'est ce sourire sur les visages et cette simplicité d'être" — Frédéric.
"La case est superbe, tant physique qu'énergétique. Premiers échanges avec les tradi-praticiens (et les malades). Des histoires de vie difficiles mais tous cherchent une aide à la compréhension et au mieux ëtre..."
Nadine Didier a pris les photos et s'est occupé du bilan financier et Valérie a vécu des moments inoubliables sans commentaire. Projets : les tradi-praticiens souhaiteraient à présent un lieu pour entreposer les plantes médicinales et un jardin pour les cultiver. Un âne serait aussi d'une grande aide pour l'approvisionnement de l'eau. le village loue un âne au village voisin lorsque nous venons car il y a besoin de davantage d'eau. Nous avions offert un petit âne l'an dernier mais une épidémie chez les équidés l'a terrassé.

La musique, un élément essentiel de la vie africaine.

Le vieux Gina est le chef du petit village où se crée l'hôpital de brousse
et il est aussi un tradipraticien renommé.


Le chef du village, ses enfants et petits-enfants.

Vue de l'équipe de thérapeutes esséniens qui sont partis en janvier 2009
(Frédéric, Francine, Valérie, Adriana, Didier et Nadine) et des tradipraticiens.
Derrière eux la case qui vient d'être construite et peut recevoir 20 patients
(qui, avant, devaient coucher dehors en attendant d'être vus).


Vue intérieure de la nouvelle case et collaboration entre tradi-praticiens
et thérapeutes en soins Esséniens.

Regards et sourires de lumière pour une nouvelle Terre.

 

Antoine montre un soin aux tradipraticiens.

L'équipe de soins esséniens et les tradipraticiens des villages des falaises.

Le village où se construit le petit hôpital de brousse.

 

EDITIONS SOIS / AURA SOIS FORMATION - L'Essenie - 24580 Plazac - Tél. 05.53.51.19.50 - editions@sois.fr / aura@sois.fr / aurasois.italia@gmail.com
Site créé par IRCF